Le passé du futur. Imaginaires de la technologie

Luc Courchesne, Sublimations: Homme-Femme, 2014. Collection Debbie Zakaib et Alexandre Taillfer. Photo : Maxime Boisvert

Cette exposition témoigne des quinze années d’activité de Molior et de l’appropriation par les artistes des outils et des dispositifs liés à la technologie. | An exhibition of works by artist who appropriate technology, brought to view by Molior’s activity over the last fifteen years. (Français |English)

Lauri Astala. Désorientations

Lauri Astala, Transit, 2013 (capture d'écran | video still)

L’exposition Désorientations s’articule autour des œuvres On Disappearance (2012) et Transit (2013) de Lauri Astala basé à Helsinki. | Disorientation brings together works On Disappearance (2012) and Transit (2013) by the Finnish artist Lauri Astala. (Français|English)

Pascal Dufaux. Se surveiller voir

Pascal Dufaux, vue de l'exposition, Christian Lambert et Roger Bellemare, 2015 (Photo : Guy L'heureux)

Autour d’une exposition à la galerie Christian Lambert et Roger Bellemare de Montréal, du 15 novembre 2014 au 17 janvier 2015. (Français)

Pascal Dufaux. Œuvres vidéo-cinétiques 2005-2013

Pascal Dufaux, Oracle (Sculpture vidéo-cinétique | Video-kinetic Sculpture 4), 2012

À partir d’un corpus d’œuvres de Pascal Dufaux, je me questionne sur les modalités d’integration de la technologie à la culture visuelle contemporaine. | From a body of works by Pascal Dufaux, I question the means used to integrate technology into contemporary visual culture. (Français | English)

Pascal Dufaux. Fenêtres de dialogue

Pascal Dufaux, Chaise (Chair), 127 x 170 cm, 2010, de la série Images Échappées

Entretien mené par Marie Perrault avec Pascal Dufaux, autour de ses photographies et de ses sculptures puisant aux ressources de la technologie. (Français)

Jean Dubois. Zones franches

Jean Dubois, Zones franches, 1997 (arrêts (2) sur image)

Ce texte traite d’une œuvre de l’œuvre Zones franches (1997) de Jean Dubois, utilisant des dispositifs techniques de l’époque aujourd’hui  impossibles à faire fonctionner et attestant d’une «corporalité» toujours ancrée dans le texte, très différente de celle à laquelle nous confronte aujourd’hui la technologie.